About the seminar

Les fabriques impériales de la modernité. L’épreuve des Indes

Depuis une dizaine d’années, les cadres interprétatifs qui réglaient l’approche des savoirs en situation de « rencontre impériale » ont considérablement changé, notamment en tirant profit de toute une série de propositions historiographiques. Issu de l’histoire culturelle et voué à la comparaison de situations historiques géographiquement différenciées, le courant de l’« histoire comparée » s’est épanoui dès le début des années 1990, en réaction aussi bien à une histoire globale taillant trop large qu’à une histoire coloniale prise dans les rets du « nationalisme méthodologique ». La théorie du « terrain intermédiaire (middle ground) » (Richard White) a parallèlement permis de conceptualiser la pluralité et la complexité des scènes sociales constitutives des interactions de « premier contact ». Les approches en termes de « transferts culturels » (Michael Werner, Michel Espagne) ont également évolué, à compter de 2004, vers le projet d’une « histoire croisée » attentive au détail des sociabilités et des matérialités des conversations savantes ‘‘transnationales’’. D’autres historiens encore ont cherché à renouer ou à rouvrir un dialogue critique avec la tradition des Annales incarnée par Fernand Braudel, partisan d’une histoire du monde compartimentée en « civilisations ». Sanjay Subrahmanyam, Serge Gruzinski, Kapil Raj ont à ce titre développé une approche d’« histoire connectée » très critique à l’égard des impensés européocentristes de la world history et de la global history. Plus récemment encore, Lissa Roberts et Simon Schaffer se sont interrogés sur les possibilités narratives induites parle passage d’une approche diffusionniste des savoirs impériaux à une approche circulatoire. Cette dernière met en avant le régime social et culturel des « intermédiaires (go-betweens) » et prend pour horizon d’enquête une situation historique privilégiée : celle de la « zone contact ».

En revenant à l’occasion sur tel ou tel de ces domaines de propositions pour en préciser la portée et les limites, mais surtout en s’en nourrissant pour discuter des recherches en cours portant sur des études de cas aussi détaillées que possible, ce séminaire souhaiterait entreprendre à nouveaux frais l’étude des situations de « rencontre impériale » de l’âge moderne en prenant pour objet de l’analyse le sens ordinaire de la comparaison, et ce faisant en spécifiant les pratiques de commensurabilité propres aux acteurs de cette rencontre. Cette anthropologie historique symétrique des savoirs vise à sortir du clivage entre domaines européen et extra-européens tout comme à s’abstraire des postures plus idéologiques qu’heuristiques en matière de choix des « échelles » d’analyse (« globale », « régionale », ou « locale »). Cette problématique s’articule donc prioritairement à une réflexion sur la construction pratique des étalons et des dispositifs de mise en équivalence (monétaire, linguistique, diplomatique, etc.) qui permettent à l’ensemble des acteurs qui en sont partie prenante d’habiter le monde commun évanescent de la « rencontre impériale ». Elle rejoint par ce chemin la question du type et du mode de savoir(s) qui soutiennent la « rencontre impériale » – soit qu’ils lui préexistent et en orientent la compréhension, soit qu’ils en soient le produit et en circonscrivent ex post l’intelligibilité.

Il s’agit plus précisément, sous cette rubrique, non seulement de détailler les différents types d’épreuves élaborés par les savants pour tester et hiérarchiser les espaces-limites de la progression impériale européenne, mais aussi de rendre compte des embarras et des effrois classificatoires que suscitèrent, dans le petit monde des lettrés humanistes et des collectionneurs de « curiosités », les mots, les choses et les créatures des Indes. De fait, les confins océaniens, indiens, insulindiens ou nord-américains des entreprises impériales européennes ont joué un rôle crucial dans la critique créative de l’autorité des Anciens, et ce dans des domaines aussi divers et mouvants que la cosmographie, la botanique, le droit des nations ou l’astronomie. A cheval sur les « règnes » et les chronologies scolastiques, de nouveaux êtres de son, de chair ou de sève sont venus peupler, de façon le plus souvent tumultueuse, les glossaires des érudits et les étagères des cabinets de « curiosités ». Les conditions même de leur collecte et de leur préservation post mortem ont par surcroît fortement contribué à dicter les nouvelles modalités expérimentales de la connaissance savante. Une part de la « modernité » de ces savoirs, ou plus précisément des critères mêmes de leur définition rétrospective comme « modernes », vient ainsi de ‘‘l’épreuve des Indes’’ qu’ils ont dû subir, et qui a profondément infléchi leurs prétentions à l’universalité et à la véridicité.

Il faut, enfin, rester attentif, dans le cadre de l’analyse de ces savoirs émergents, aux diarchies urbaines qui affectent leur mise en forme et leur énonciation publique. Les conflits et la compétition entre deux villes exacerbent cet effet « capitales » en recyclant un lexique de lieux communs. Plutôt que de le considérer comme sans intérêt, il a semblé intéressant au contraire de voir comment les acteurs s’en saisissent pour dimensionner d’autres grandeurs, agrandir ou diminuer la position relative de telle ou telle valeur. Ces conflits ouvrent en effet un débat sur la « juste » mesure des valeurs légitimes, sur les « bons » critères utilisés pour estimer et indexer la « rencontre impériale » dans un grand récit recomposé de l’origine des Nations ou du devenir de l’Europe. Celle-ci apparaît au final elle-même comme une créature métisse, issue pour partie des lieux et des (non-)dits de la « rencontre impériale ». Le détour par les empires modernes n’est donc pas une manière de fétichiser les « aires culturelles », mais bien de plaider pour un usage productif du comparatisme et de la confrontation des sites d’analyse. Car réinvestir par les méthodes des sciences sociales la « première modernité » oblige à penser au plus près de ses matrices impériales la production des asymétries (entre Mythe et Histoire, entre Nature et Culture, entre Oralité et Ecriture, etc.) qui sont au principe de la fabrique du Grand Partage entre « l’Occident et le reste ».

Re-Staging Modernity: Imperial Encounters as Sites of Knowledge

Over the past decade, the interpretative frameworks that governed the approach of the knowledge situation of modern age “imperial encounters” have changed dramatically, taking advantage of a range of new historiographical proposals. Stemming from the cradle of cultural history and dedicated to the comparison of geographically diverse historical situations, the current of “comparative history” flourished by the early 1990s. The theory of the “middle ground” (Richard White) also enabled us to conceptualize the plurality and complexity of social interactions produced by “first contact” situations. Approaches in terms of “cultural transfer” (Michael Werner, Michel Espagne) have similarly evolved, since their first publication in 2004, to craft a “crossed history” attentive to the details of the sociability and materiality of transnational scholarly exchanges. Other historians have even sought to renew or reopen a critical dialogue with the tradition embodied by the Annales School under the leadership of Fernand Braudel, who himself advocated a world history compartmentalized into “civilizations”. In this wake, Sanjay Subrahmanyam, Serge Gruzinski and Kapil Raj, to quote juste a few, have developed an approach of “connected history” very critical of the Eurocentric premises of world history and global history. More recently, Lissa Roberts and Simon Schaffer questioned the narrative possibilities induced by the passage from a diffusionist approach to a circulatory approach of imperial knowledge. The latter highlights the social and cultural “intermediaries (go-betweens)” and takes a horizon survey which underlines the peculiarities of the historical situation of the “contact zones” under scrutiny.

Wishing to clarify the scope and limitations of such historiographical proposals, our research seminar, to be held at Sciences Po in Paris, aims at discussing current research on case studies as detailed as possible. This seminar will scrutinize anew the study of situations of “imperial encounters” of the modern age by taking as an object of analysis the actors’ ordinary practices of comparison, and thereby by describing and specifying practices of commensurability shaped not by contemporary historians but by the actors of these encounters. This historical and symmetrical anthropology of knowledge will go beyond the traditional divide between European and extra-European contexts as well as take seriously into account the interplay between “scales” (“global”, “regional” or “local”) which made the encounters legible on site and at a distance. This framework turns therefore primarily into a reflection on the practical construction of standards and devices that allowed people either to set up or to cross “cultural borders” (metrology, languages, diplomatic issues, etc.).

More specifically, under this heading, we would like to address not only the different types of tests (“epreuves”) developed by scientists to assess and to classify the stages of European imperial progress, but also to account for the embarrassment and fears that aroused in the little world of humanist scholars and cabinets of “curiosities” when they had to deal with the influx of words, things and creatures from the West and East Indies. The far away confines of the Pacific islands, the Indian archipelago or North America actually played a crucial role in the creative criticism of Ancient authorities in various fields of knowledge such as cosmography, botany, astronomy or the law of nations. The conditions of the collection, preservation and interpretation of those artefacts have moreover contributed significantly to dictate new terms of experimental knowledge in Europe. The resulting conflicts of interpretation opened harsh debates on the “fair” measure of legitimate values, on the “good” criteria to be used to estimate and index the imperial encounter in a grand narrative reconstructing the origin of Nations or the fate of Europe.

The detour through modern empires therefore is not a way of fetishizing “cultural areas”, but to argue for a productive use of analytical sites of comparison. By reinvesting social science methods, the cultural history of the imperial dimension of “first modernity” forces us to think critically about the grand asymmetries (between Myth and History, between Nature and Culture, between orality and writing, etc.) that it produced and that still are the foundational elements of the Great Divide between “the West and the rest.”